Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog myriamcau par : Myriam Cau
  •   le blog myriamcau par : Myriam Cau
  • : Blog de libre expression, société, politique, culture, écologie, les Verts, Environnement, Nature, les gens, les coups de coeur, en colère, Roubaix, la région Nord Pas de Calais, la planète, poésies...
  • Contact

Texte libre

53 choristes verts
prennent d'assaut la Mairie de Roubaix



Roubaix, municipales 2008
                                                             

Recherche

Evénements

 

 

Archives

6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 18:05
«On dit que je suis misogyne. Mais tous les hommes le sont. Sauf les tapettes!» écrivait le député UMP dans un livre, en 1998. Définition de Mysoginie : "qui hait ou méprise les femmes", rien de moins.  Et dire qu'il y a eu une majorité pour envoyer cet ex-sportif à l'assemblée nationale. La honte! David Douillet, ne voit la femmme qu'au foyer, salut les sportives et adieu les travailleuses...  Il l'affirme et le développe en long et en travers dans son ouvrage d'il y a 10 ans. Quel mépris pour les femmes, et je ne parle des considérants homophobes... 80% des smicards sont des femmes: que compte faire Mr Douillet à l'assemblée pour elles? leur trouver peutêtre un gentil mari qui fera respecter la tradition vantée dans son livreet revaloriser les 3 K Kinder, Küche, Kirchen...
Faut arrêter, après B Laporte et ses casinos, maintenant c'est D Douillet et le mépris des femmes, les casting bling-bling de l'UMP, ça commence à faire lourd.  Juste des gens compétents, pas forcément people, c'est possible ? Mr Douillet, je vous offre quelques intéressantes statistiques sur la place des femmes, instruisez vous : l'intégralité est sur le site de la CGT. Ceci étant à le lire, on peut comprendre un peu votre point de vue, sous le soleil il vaut mieux être un homme...

• Alors que les filles réussissent toujours mieux que les garçons à l’école (55 % des étudiants sont des étudiantes ; 10 % des filles de 25-34 ans et 16 % des garçons n’ont aucun diplôme), elles restent majoritaires dans les filières tertiaires et littéraires et minoritaires dans les filières professionnelles et scientifiques (22 % dans les écoles d’ingénieurs) ;
 • Les emplois très féminisés font appel à leur rôle présumé « naturel « de mères. Il y a une non-reconnaissance des compétences dans ces métiers, ceci se traduit par une dévalorisation de ces métiers et par des écarts de salaire importants.
• Les femmes restent confinées dans peu d’emplois : six catégories socioprofessionnelles regroupent plus de 60 % des femmes (employées au nettoyage, aides à domicile, employées de commerce, secrétaires d’entreprise, infirmières et professeurs d’écoles...).
 • Plus on monte dans la hiérarchie, moins l’on trouve de femmes (6-7 % de femmes dans les Etats major d’entreprises), 13 % de femmes dans les hautes fonctions publiques.
• Des inégalités de salaire existent toujours en France, de l’ordre de 25 à 30 %, du fait de la précarité, du temps partiel, d’accès moindre aux primes et promotions . Dans la fonction publique, la rémunération des femmes est de 14 % inférieure à celle des hommes et même de 18 % dans la catégorie A.
•À 80 %, les Smicards sont des femmes et que dire des salariés à bas ou très bas salaires (autour de 450 euros par mois) si ce n’est qu’il s’agit également de 80 % de femmes notamment à temps partiel...
• Les écarts dans les pensions de retraites grossissent toutes les inégalités : 42 % d’écart entre femmes et hommes ; la majorité des retraités au minimum vieillesse (83 %) sont des femmes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Myriam Cau - dans En colère
commenter cet article

commentaires