Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog myriamcau par : Myriam Cau
  •   le blog myriamcau par : Myriam Cau
  • : Blog de libre expression, société, politique, culture, écologie, les Verts, Environnement, Nature, les gens, les coups de coeur, en colère, Roubaix, la région Nord Pas de Calais, la planète, poésies...
  • Contact

Texte libre

53 choristes verts
prennent d'assaut la Mairie de Roubaix



Roubaix, municipales 2008
                                                             

Recherche

Evénements

 

 

Archives

30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 11:05

Notre avenir humain passe par la ville. Il est devenu impérieux de limiter l'étalement urbain, le gaspillage des ressources foncières, des terres agricoles et des zones naturelles. L'équilibre de nos écosystèmes passe par le renforcement de la ville comme lieu d'accueil des activités humaines. Cela appelle à réfléchir aux conditions de vie dans des systèmes urbains plus denses, plus compacts, plus diversifiés dans leurs fonctions de façon à limiter les mobilités inutiles.

Mais personne ne survit dans le béton, et il n'est pas besoin de sacrifier l'idéal d'un art de vivre à un univers minéral concentrationnaire. La nature et la biodiversité en ville, c'est possible. C'est un idéal de culture et de civilisation, c'est un équilibre entre des désirs humains contradictoires et tous légitimes : rencontre et solitude, agitation et calme, espaces publics et lieux intimes, beauté organisée et chaos de la vie, connecting people et microcosmos. Paradoxalement, c'est en ville que l'on commence à retrouver des espèces qui ont déserté des campagnes appauvries de vie par trop de pesticides ou de monocultures...

La nature en ville, c'est autre chose que les parcs et jardins, cette discipline qui continue de sévir à coups de bulbes bien alignés et de parterres désertés d'adventices. La nature en ville appelle une multiplicité d'espaces et de liens où la flore et la faune peuvent trouver place, les parcs et jardins des conceptions d'antan prennent place dans des trames vertes et des corridors écologiques, on y trouve son conjoint et matière à échange de patrimoine génétique.

Cette nature en ville, je la respire en sortant de chez moi plantée en ras de façade, élargie dans les plantations des boulevards aux pieds d'arbres envahis de végétation. Il n'est plus de délaissé urbain sans fouillis végétal, bruissant d'insectes. Il est des friches que l'on conserve et dont on observe la colonisation végétale : le jardin planétaire du paysagiste est sous nos yeux en mouvement. Les enfants, les gens le regardent . Ils éco-citoyennent et apprennent des notions simples et essentielles liées à la vie : ça pousse, ça meurt, ça évolue, ça se dissémine, ça pique, ça se mange... ... Ils puisent dans les souvenirs des générations d'avant : oui on conservait l'eau de puit au sortir de la gouttière, l'eau était plus douce pour les cheveux...

La nature en ville ne va pas de soi, on préfère rationnaliser, aseptiser, limiter les frais... Un morceau de bitumes coutera toujours moins cher qu'un arbre à tailler. Mis il n'amènera pas les bienfaits gratuits d'une ramure qui capture les microparticules cancérigènes de l'envahissante voiture, ni l'ombre bienfaitrice et les jeux de lumières dans nos étés de plus en plus chauds, il n'abritera pas d'oiseaux dont le chant apaise nos tensions. Un arbre nous rapelle que l'on appartient au même destin, celui d'une planète.

Partager cet article

Repost 0
Published by Myriam Cau - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires