Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog myriamcau par : Myriam Cau
  •   le blog myriamcau par : Myriam Cau
  • : Blog de libre expression, société, politique, culture, écologie, les Verts, Environnement, Nature, les gens, les coups de coeur, en colère, Roubaix, la région Nord Pas de Calais, la planète, poésies...
  • Contact

Texte libre

53 choristes verts
prennent d'assaut la Mairie de Roubaix



Roubaix, municipales 2008
                                                             

Recherche

Evénements

 

 

Archives

2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 15:27

On nous propose de travailler plus pour gagner plus. Exonération de charges sociales pour les employeurs, défiscalisation des heures supplémentaires pour les salariés sont prévues par le gouvernement de Sarkozy. Vraie piste ou miroir aux alouettes ?

Aujourd'hui le problème semble nettement ailleurs, il existe des professions et des salariés sur-chargés de travail - qui ne sont pas rémunérés en heures supplémentaires : indépendants, petits commerçants, cadres, employés des TPE-PME, professionnels du secteur sanitaire et social...-, d'autres qui sont en sous-travail chronique : temps partiels subis dans la grande distribution, le secrétariat, les services à la personne... Il s'agit d'ailleurs souvent de femmes, et elles composent le gros bataillon des travailleurs pauvres. Pour de très nombreuses femmes ayant de jeunes enfants, le coût des gardes et frais induits ampute tellement le salaire obtenu qu'il vaut mieux ne pas travailler. Les travailleurs précaires sont légions, petits boulots des agences d'intérims proposés du jour au lendemain et qu'il vaut mieux ne pas refuser si l'on veut avoir une chance d'être encoré appelé, intermittents artistes et techniciens des arts et de la cultures, animateurs, saisonniers, extras... et enfin il reste tous les demandeurs d'emploi ou découragés de la recherche d'emploi, ceux à qui la discrimination ferme les portes, ceux qui n'ont pas le capital social et relationnel et se contentent de la très petite part des offres transmises à l'ANPE, ceux qui n'ont pas les moyens de travailler car il faut se déplacer, ceux qui se sont enfoncés dans l'exclusion et ne savent plus...

Alors le problème n'est il pas plutot l'écart entre ceux qui ont un travail à temps plein non précaire et correctement payé et tous les autres: qui veulent travailler tout court ou travailler plus mais ne le peuvent pas... Il faut de l'emploi permettant de vivre dignement pour tous, pas plus de travail pour seulement certains, et l'on se demandent d'ailleurs bien lesquels. Les Lois Aubry sur les 35H (les entrepreneurs le reconnaissent), ont amené les entreprises à réfléchir à leur organisation et à gagner en amplitude et en flexibilité, le plus souvent au prix d'une contrainte sur les évolutions salariales.

Dans la VPC ou la grande distribution lorsque l'on est à temps partiel subi et que l'on propose de travailler plus, les heures sont payées au tarif ordinaire. On préfère employer plus de temps partiels que de composer de vrais temps pleins. D'autant qu'il existe déjà des aides de l'Etat sur les bas salaires et les emplois peu qualifiés. La baisse du coût du travail a été mise en oeuvre à gauche comme à droite  (ristournes bas salaires en 93, 97, 98) et renforcement dans la restauration  (en 2003 François Fillon) où l'on peut aller jusqu'à 360 heures supplémentaires par an sans majoration de salaire.

Admettons une situation normale de salarié qui a un contrat de travail de 39H (petite entreprise) : qui décide s'il est possible de travailler plus ? pas le salarié, mais le patron. Le patron le propose, si et seulement si, il y est acculé par une commande, une surchage, si son carnet de commande le permet. Et si le patron le propose, est-ce que le salarié peut refuser - s'il est fatigué, s'il a des temps de transport en plus, s'il a des enfants à garder, une vie associative à côté...- ? Il est évident que non. Le salarié n'a pas le choix, il est dans un lien de subordination.

On a meme vu apparaitre dans la restauration des CDD à très courte durée renouvelés à la journée. Qui peut se projeter dans la vie dans une telle incertitude, obtenir un logement, fonder une famille? Que se passe t-il à l'hopital public ? Il y a des salariés surchargés dans des contextes de pénurie de moyens au regard de la lourdeur des taches à accomplir, avec  le cercle vicieux qui s'instaure de la fatigue, de l'absentéisme et des salariés qui sont rappelés pendant leur temps de repos et de récupérations pour faire face aux obligations de présence liées à la sécurité des malades. Combien d'heures font les internes dans les hopitaux ? Combien d'heures font les professions judiciaires et combien sont-ils payés en regard ? Sait-on qu'un subsitut du procureur, surtout s'il est jeune, est taillable et corvéable à merci, est soumis à des astreintes, ramène ses dossiers à la maison, est épuisé.

Et que n'entend t-on pas à propos des enseignants, leurs 18h de cours, leurs vacances... Mais en fait un bon prof en fait au moins autant en préparation, en correction, en recherche, en réunions de conseils de classe. Imaginons un mauvais prof., il y en a comme partout, il limite au minimum son travail : comment imagine t-on qu'il puisse faire illusion longtemps devant des élèves de collège ? A cet age là, il n'y a pas de pardon. Le prof en cours est sur la sellette en continu, en représentation théatrale et il doit tenir son public, faire face aux déstabilisation et communiquer la culture. Le travail d'un prof est  "du concentré", la distraction n'y est pas de mise, et le face à face avec les élèves est exigeant, fatiguant.

Pourtant le discours dans l'air du temps fait qu'on a l'impression que la France entière fait 35H et est en vacance...

Alors arrêtons avec le miroir aux alouettes, on a besoin d'une politique salariale juste et qui permette à chacun de vivre dignement. Il devrait meme  y avoir au contraire un salaire minimal pour le temps partiel subi, pour sortir les travailleurs pauvres de l'ornière.

Nous avons besoin en France d'une vraie politique salariale, qui répartisse avec justesse le fruit d'un travail collectif à tous, qui tienne bien sur compte de l'engagement et de la prise de risque. Nous avons besoin de créateurs, d'entrepreneurs, de cadres, de techniciens, d'ouvriers pour fabriquer une richesse qui soit partagée équitablement. Aujourd'hui une part non négligeable en est détournée, elle part chez les actionnaires, elle alimente les fonds de pension, la spéculation des marchés boursiers, elle est détournée des salariés et de la richesse collective. pendant qu'on licencie massivement (EADS), d'autres partent avec des millions d'euros en poche. Il devrait y avoir une règle équitable de répartition de la richesse produite entre les travailleurs, la recherche-développement pour préparer les emplois de demain et le capital. Ce n'est pas le cas et le pacte social est rompu.

Alors quel mode de vie nous propose t-on ? le stress et l'épuisement au travail pour certain (le burn-out des cadres sup, l'absentéismes des aide-soignants épuisés, le mal de dos des manutentionnaires, le suicide des ingénieurs de Renault...), la pénurie au quotidien pour d'autre faute de pouvoir d'achat, la stigmatisation enfin pour les derniers...

J'ai vu l'autre jour à l'occasion d'une sortie militante sur une péniche le long de La Lys, un couple homme et femme faire du vélo avec un tout petit dans une cariole le long du chemin de halage. C'était un vendredi après midi... Il faisait beau, quel est votre avis : fainéants ou heureux d'être en vie en famille dans la nature ?

Pour moi, un bienfait des 35H, ne crachons pas sur la douceur de vivre, essayons de nous battre pour que chacun y ait accès...

 

 

 

 

Gérard Filoche militant socialiste et inspecteur du travail donne les chiffres suivants : sur-travail 10 millions de personnes, "sous-travail" 4 millions, "travail précaire" 1,5 millions et "sans-travail" 4,5 millions. source Politis 30 mai 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Myriam Cau - dans En colère
commenter cet article

commentaires

Claire 03/06/2007 01:25

Bonjour, Myriam, est-ce que je peux publier une grande partie de ton message sur mon blog ? Claire, de Lille

Myriam Cau 03/06/2007 23:33

Bien sur, indique le lien ou l'auteur. Ton message m'a donné l'occasion de visiter ton blog, bravo, très vivant et engagé