Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog myriamcau par : Myriam Cau
  •   le blog myriamcau par : Myriam Cau
  • : Blog de libre expression, société, politique, culture, écologie, les Verts, Environnement, Nature, les gens, les coups de coeur, en colère, Roubaix, la région Nord Pas de Calais, la planète, poésies...
  • Contact

Texte libre

53 choristes verts
prennent d'assaut la Mairie de Roubaix



Roubaix, municipales 2008
                                                             

Recherche

Evénements

 

 

Archives

20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 22:09

La Région Nord Pas de Calais peut légitimement être fière de sa politique de coopération décentralisée. Elle vient d'y consacrer une journée entière de séance plénière. Cela fait le 2ème mandat que les Verts, par l'intermédiaire de Ginette Verbrugghe Vice-Présidente, conduisent cette politique publique, avec un soutien qui ne faiblit pas du Président de Région. Un lycée au Sénégal, une école hotellière au Maroc, le projet Alizés des éoliennes, la production de Fonio au Mali commercialisé chez nous par Max Avelaar, et 1000 autres actions sont engagées, par et grâce à une multiplicités de partenaires. Bientôt, des milliers de vie seront sauvées grâce au vaccin contre la Bilhardioze développé en Région avec l'institut Pasteur de Lille (5 Millions d'Euros pour la dernière phase d'expérimentation en cours ont été apportés par notre Région!).

 

Toutes ces actions fondent probablement le sens de l'engagement, la politique est un exercice difficile si l'on ne veut perdre en route ni son idéal ni son intégrité. Avec l'exemple de cette politique de coopération décentralisée, on a probablement ce qu'il y a de plus gratifiant pour des personnes qui sont allées sur le champ politique avec l'espoir de faire bouger les lignes et d'être utile.

Coopération décentralisée : échanges et appui au développement durable et solidaire de région à région entre le Nord (pays riches)et le Sud (pays pauvres)
Toute personne qui souhaiterait un rapport détaillé des actions menées peut m'en faire la demande par l'intermédiaire du site

Voici le contenu de mon intervention pour le groupe des Verts lors de cette séance plénière du 20 novembre 2008.

 

"La région Nord Pas de Calais est traversée d’influences, et par sa population accueille le monde dans ses villes, ses villages, ses usines, ses universités. Région d’Europe, région du monde, le Nord Pas de Calais joue aussi son rôle dans la coopération entre le Nord et le Sud en amenant son expertise, son dynamisme, sa tradition d’échange, de solidarité. Pourtant, pour l’ensemble de la population, il est bien difficile, quand on est soi même confronté à des difficultés, de ne pas fermer les yeux sur les besoins du monde et d’exercer sa responsabilité de citoyen planétaire. C’est bien là qu’est tout l’enjeu de l’éducation au développement, car malgré tout, ce que l’on partage nous enrichit en retour et nous aide … La confrontations aux différences est aussi une voie de l’émancipation et nul, jeune ou moins jeune, ne revient indemne au retour d'un voyage dans ces rencontres nord-sud, il n’y a pas de CAC 40 pour mesurer l’humanisation des relations planétaires.

 

Malheureusement, nationalement, on est loin de tenir les engagements d’aide au développement à 0,7% du PIB (objectif de l'ONU). La France accentue même son retrait cette année à 0,35%. Le ministère de l’immigration et de l’identité nationale est aussi celui du développement solidaire. Pour l’instant on ne voit pas beaucoup le solidaire, mais on voit beaucoup les contrôles d’identité et les charters. Le rapport le plus récent sur ce sujet que j’ai trouvé a été remis par Eric Besson au ministre. Il portait essentiellement sur les moyens de valoriser les fonds de transfert des migrants présents en France. Pour 5 pays : Algérie, Maroc, Tunisie, Mali, Sénégal, (dont 3 font partie de nos régions prioritaires de coopération), l’aide publique au développement de l’Etat représente  ¼ des transferts des migrants. L’Etat est nu. L’Etat souhaite valoriser les fonds des migrants, on comprend bien qu’il doit faire avec l’argent des autres, mais on aimerait déjà qu’il se préoccupe plus humainement des migrants. Car la jungle, ce n’est pas seulement au sud, c’est aussi ici à Calais. (Note: on appelle "la jungle", les bois où tentent de s'abriter dans des campements de fortunes et le plus grand dénuement les migrants de Calais)

 

Aujourd’hui, ce sont les collectivités territoriales qui sont appelées à la rescousse des actions de coopérations. Il ne s’agit plus malheureusement de se compléter mais de pallier. S’il n’y manquait les moyens, cet accroissement du rôle des collectivités pourrait du point de vue des  Verts être une bonne chose, car il correspond assez bien à une vision plus fédéraliste, coopérative et de relations plus horizontales que hiérarchiques. Un mode d’action qui permet de toucher le citoyen, de s’inscrire dans les gouvernances régionales et locales. Un mode conventionnel, transparent qui concourre à la démocratie.

 

Je voudrai souligner les points positifs de la politique de coopération décentralisée des partenariats prioritaires avec des régions du Sénégal, du Mali, du Maroc et de Madagascar. Ils se fondent sur une stratégie gagnante : une action dans la durée, sans saupoudrage, transversale : de l’éducation à la santé, de l’environnement à la gouvernance. On peut ainsi véritablement renverser une tendance, des inégalités et promouvoir le développement durable d’une région. Cette logique d’action s’inscrit sur la réciprocité et l’échange pas sur la tentation néocolonialiste d’imposer une vision.

 

Par ailleurs, il faut parler du 1% de coopération nord/sud et de sa dynamique. C’est un bel engagement et une fierté collective. C’est une démarche vertueuse car elle implique toute l’institution politiquement et techniquement, on peut en mesurer les résultats concrets en terme de projets soutenus  lycée HQE à St Louis, école hôtelière à Safi au Maroc, centrales solaires communales au Mali. Mais notre effort est à poursuivre, et il faut arriver à atteindre le 1% sans rogner sur la rigueur de nos interventions,.

 

Rappelons d’ailleurs que la Région n’agit pas seule mais s’appuie pour cette politique publique sur des citoyens, des partenaires, des acteurs. Avec le Professeur Capron, on mesure que le vaccin contre la billhardioze, c’est aussi l’aventure de toute une vie au chevet de tant d’autres. Seul, on n’irait pas bien loin…  C’est pourquoi la Région qui est déjà le support de partenariats actifs prévoit de le renforcer à travers des forums d’acteurs pour offrir les nécessaires cadres d’échanges. Qui le ferait sinon ? On a peu parlé hier, mais la Région de fait est le chef de file des actions de coopération en Région avec les autres collectivités territoriales (LM-CU, CUD, Villes...), et c’est très important : le Conseil Régional peut réellement appuyer un effort de convergence des politiques publiques au profit d’un impact renforcé dans les territoires de coopération.

 

Par ailleurs, il est décidé de mettre l’accent à l’international sur le rôle de la population et d’appuyer la diaspora nordiste, comme toute les formes de réseaux sociaux et communautaires, ici et ailleurs ; que tous les émigrés, émigrants, déplacés, citoyens en mouvement soient des ambassadeur du Nord Pas de Calais c’est bien, mais s’ils sont avant tout des citoyens du monde en faveur d’un développement durable.

 

Nous entamons une coopération thématique mondiale avec le Minas Gerai au Brésil, région d’industrie minière et sidérurgique. Cette coopération  de culture et de développement durable est une belle idée, à traiter sérieusement, qui poursuit la démarche entamée avec l’inscription de notre bassin minier au patrimoine mondial de l’Unesco. Ce dont je suis sure, c’est qu’au pays de Porto Allègre et du budget participatif entre autre mille qualités, nous aurons beaucoup à apprendre. Comme nous continuerons à apprendre des relations plus anciennes établies avec nos partenaires européens de Wallonie, de Rhénanie-Westphalie (Allemagne) et de Haute Silésie (Pologne) dans le cadre du réseau des régions de tradition industrielle.

 

En conclusion, la nécessité et la pertinence des politiques de coopérations décentralisées ne sont plus à démontrer. Mais dans le contexte de crise économique et climatique mondiale, il va falloir ne pas lâcher prise. Les plus pauvres paient toujours le plus lourd tribu aux dérèglements. L’espérance de vie n’est que de 56 ans dans la région de St Louis au Sénégal, de 53 ans dans la Région de Kayes au Mali, à Madagascar 45% des enfants de moins de 3 ans ont des retards de croissance. Alors mourir de soif au bord du fleuve Sénégal ou mourir de tout à Madagascar dans un paradis pillé, c’est difficile humainement à concevoir et c’est pourtant encore possible. Rien de compassionnel juste des réalités, mais surtout un encouragement à l’action et à la détermination, et nous savons que collectivement nous n’en manquerons pas."

 

Myriam Cau

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires