Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog myriamcau par : Myriam Cau
  •   le blog myriamcau par : Myriam Cau
  • : Blog de libre expression, société, politique, culture, écologie, les Verts, Environnement, Nature, les gens, les coups de coeur, en colère, Roubaix, la région Nord Pas de Calais, la planète, poésies...
  • Contact

Texte libre

53 choristes verts
prennent d'assaut la Mairie de Roubaix



Roubaix, municipales 2008
                                                             

Recherche

Evénements

 

 

Archives

13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 20:04

Amiante, Dioxine, pollutions électromagnétiques... l'intérêt général, la santé publique se heurtent aux intérêts du business industriel. Les exemples plus anciens appellent à la vigilance sur les risques plus récents et nous éclairent, car les tactiques des lobbies industriels sont éprouvées : dénier le risque tant que possible, le mettre en doute faute de preuve indiscutable et définitive, contrôler la communication, créer ses propres instances de prévention, discréditer les études qui ne leur conviennent pas (ou le chercheur qui les a conduites), falsifier les données dans certains cas (prouvé dans le cas de Monsanto), orchestrer ou contre-orchestrer le buz sur internet…

Quand il s’est agi du scandale de l’amiante, le lobby des industries concernées  a toujours minimisé la portée des dommages sanitaires de l’amiante ; il a continué de produire des matériaux dangereux en France dans le même temps qu’il exportait des matériaux sains dans les pays qui refusaient l’amiante ; bien que les solutions de remplacement soient là, et sans réglementation contraignante, les industriels comme St Gobain  et Eternit ont préféré de mettre en danger leurs salariés et les populations. Le lobby industriel de l’amiante a créé son propre comité de prévention et de propagande cautionné malheureusement par des institutions publiques. (cf le Comité Permanent Amiante…).

 

Aujourd’hui encore, alors que par dizaines s’éteignent les travailleurs de l’amiante, avant même souvent avoir pu être reconnus en tant que malade du travail, le lobby industriel continue de se battre pour le business de l’amiante. Ainsi le Canada, plus gros producteur mondial, a-t-il réussi à faire pression sur la commission européenne qui n’a finalement pas inscrit l’amiante dans la liste des substances dangereuse qu’elle vient de renégocier dans le cadre de la convention de Rotterdam.

 

Dans www.actu-Environnement.com – le 04/11/2008

« L’amiante chrysotile échappe une nouvelle fois à la Liste des produits dangereux PIC

Les pays signataires de la Convention de Rotterdam n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur l’ajout de l’amiante chrysotile et de l'endosulfan à liste des produits dangereux PIC.

../…Le Canada, l'un des principaux exportateurs d'amiante chrysotile, aurait réussi à pousser ses principaux clients (l'Inde, le Pakistan, les Philippines et le Vietnam) à s'opposer à l’inclusion de ce produit dans la liste PIC, selon le député canadien Pat Martin, connu pour son combat contre l'amiante.

Durant la réunion, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a rappelé le caractère cancérigène de l'amiante chrysotile, présent dans les matériaux de construction, qui provoque chaque année le décès de 90.000 personnes. Ce produit soit associé à des milliers de décès dans le monde dus au cancer du poumon et au mésothéliome, une forme rare de cancer directement imputable à l'amiante, a précisé l'OMS. »

 

communiqué de la CES Confédération Européenne des Syndicats

« Depuis l’interdiction de l’amiante dans l’Union européenne, qui est définitive depuis le 1er janvier 2005, le Canada exporte principalement sa production vers les pays asiatiques émergents que sont l'Inde, l'Indonésie et la Thaïlande.

Le gouvernement canadien s’est lancé depuis plusieurs années dans une véritable croisade visant à retarder l’interdiction mondiale de l’amiante, à travers la voie diplomatique et en soutenant les lobbys pro amiante. Malgré l’interdiction de l’amiante dans l’UE, cette substance extrêmement toxique fait toujours l’objet d’un commerce intense à l’échelle mondiale. Selon l’Institut syndical européen (ETUI), la consommation en Chine et en Inde a plus que doublé au cours des trente dernières années. La Convention de Rotterdam oblige le pays exportateur, avant l'expédition d'une substance dangereuse, à prévenir le pays importateur pour qu'il puisse consentir en toute connaissance de cause à recevoir ou non la substance en question. Elle a été adoptée par 126 pays en 1998. »

 

Monsanto entre 1980 et 1984 a truqué 3 études sur la dioxine, en changeant les classifications entre personnes exposées et non exposée pour rééquilibrer les groupes. Cette fraude découverte lors du procès intenté à Monsanto aux Etats-Unis en 1987 a été confirmée par le monde scientifique, elle devait masquer que la dioxine est un puissant cancérigène.[1]

 

Bouyghes Télécom est particulièrement actif dans la lutte contre la diffusion de toute rumeur alarmante sur le danger des ondes de mobiles. Son site comporte des pages très détaillées sur la minimisation des risques sanitaire de l’utilisation du mobile. L’opérateur par ailleurs édite des dépliants ou mini guides pour prodiguer bonnes attitudes et bons conseils tout en précisant bien « A ce jour, près de 400 travaux de recherche effectués sur le sujet dans le monde entier n'ont pas pu mettre en évidence de risque sanitaire. Cependant les groupes d'experts recommandent de poursuivre les recherches et, en attendant, d'adopter quelques mesures de précaution visant à limiter les expositions inutiles. »

Dès qu’une émission ou un article dans la presse met en cause la dangerosité des mobiles, le groupe intervient systématiquement en communication et exerce un droit de réponse. Ce fut le cas dernièrement suite à l’article paru dans le Figaro, ou encore suite au témoignage sur la télévision d’une jeune fille attribuant sa tumeur à l’usage intensif de son mobile. Plus subtil, esprit d’entreprise aidant, ce sont parfois leurs propres salariés ou ingénieurs qui par mails arrosent leur connaissance de contre-feu « les journalistes racontent n’importe quoi… tel étude démontre que… ». Un de mes amis qui y travaille nous envoie ainsi régulièrement ce qu’il appelle « des nouvelles du front de la connerie… » …

 

Pour l’expert George Carlo (1), la polémique qui entraine l’inertie en matière d'actions correctives et préventives en matière de pollution électromagnétique est à rechercher « dans l’influence de l’industrie des télécoms sur la science elle-même et son poids dans la présentation des résultats aux médias. Des données scientifiques sont couramment réécrites ou supprimées en raisons d’intérêts économiques et financiers ». A ce point que lorsque les financements des recherches sont d’origine industrielle, les études ont 6 fois moins de chances de conclure à un effet que lorsque les budgets de ces études viennent de fonds publics. »


(1) Entretien exclusif du magazine Le Monde de l’Intelligence avec George Carlo 2ème trimestre 2008
photo : les morts de l'amiante - Verts de la Région Ile de France , manifestation usine d'amiante d'Aunay sous Bois

[1]  In Le monde selon Monsanto par Marie-Monique ROBIN – La Découverte / ARTE Editions mars 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Myriam Cau - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires