Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog myriamcau par : Myriam Cau
  •   le blog myriamcau par : Myriam Cau
  • : Blog de libre expression, société, politique, culture, écologie, les Verts, Environnement, Nature, les gens, les coups de coeur, en colère, Roubaix, la région Nord Pas de Calais, la planète, poésies...
  • Contact

Texte libre

53 choristes verts
prennent d'assaut la Mairie de Roubaix



Roubaix, municipales 2008
                                                             

Recherche

Evénements

 

 

Archives

5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 16:53

Séance extraordinaire du SRDE (Schéma Régional de Développement de l'Economie) pour pour mesurer l'impact de la crise en Région Nord  Pas de Calais, se pencher sur la santé des PME régionales et détailler les mesures d'anticipation économique à prendre. Le renforcement du "Plan 2000 PME" et du "Plan pour l'innovation", et 6 autres mesures contituent l'ossature de la part du Conseil Régional Nord Pas de Calais dans la mobilisation des acteurs de l'économie régionale. Vous trouverez dans cet article un bref résumé de cette conférence du SRDE, mon point de vue et mes interrogations (licenciements de La Redoute, retraite possible à 70 ans, les vrais besoins de la crise du logement...), et une synthèse des mesures relevant de l'action du Conseil régional.

1. EN RESUME : ce mercredi 5 novembre, le Vice-Président à l'économie Pierre de Saintignon, réunissait en les partenaires publics et privés de l'économie et les territoires régionaux.
Dans le contexte actuel de crise économique, il s'agissait de partager les points de vue, de coordonner les efforts de chacun, et de présenter les mesures prises pour conforter l'économie régionale et l'emploi. Chacun s'est accordé à mettre à sa réelle mais juste mesure la situation de difficulté actuelle sans céder à un climat d'inquiétude excessive. Avant la crise financière mondiale, la Région Nord Pas de Calais était dans une situation de retournement positif, des indicateurs sociaux certes difficiles mais un dynamisme économique réel. Les tous derniers chiffres de la création d'entreprises montrent que notre région se situe au 1er rang national (hors Ile de France). Sans s'étendre sur le sens profond de la crise internationale, les membres du SRDE se sont plutôt attachés de façon pragmatique à examiner l'économie régionale et déceler les appuis à mettre en place pour être en mesure d'anticiper de façon réactive tous problème.  Le renforcement est dirigé en direction des PME, il s'agit de conforter leurs capacités : accès au crédit , aux garanties, aux fonds propres, facilités de trésorerie. Par ailleurs, l'appui à l'innovation est réïtéré : il s'agit bien de déceler et de développer les entreprises sur les créneaux du développement du futur. Enfin, l'appui aux projets de développement des entreprises qui créent de l'emploi se poursuit avec certains assouplissements quant aux exigences. Le fonds d'anticipation sociale destiné aux salariés des entreprises qui ferment est réactivé, et le Conseil Régional prend l'initiative d'expérimenter un programme de sécurisation des parcours professionnels (maintien de rémunérations, formations de qualité...). La Région pour cela négocie avec les organisations syndicales salariales et patronales, et avec l'Etat qui a lui-même annoncé des mesures dont on attend le contour plus précis.

2. MON POINT DE VUE
Il est étrange de voir comment le terme d'économie réelle s'est médiatiquement popularisé, approprié même par les meilleurs tenants de l'économie libérale. Or s'il y a une opportunité à cette crise, c'est bien de réatterrir sur l'économie réelle.  Il s'agit de raccorder cette crise dont personne ne tient véritablement les rênes à la réalité du chômage qui augmente et aux réalités pressantes des entreprises sousmises à une période d'incertitude.

La mobilisation en Région est bien concrète, elle s'adresse aux petites et moyennes entreprises que nous connaissons et vise à prévenir les dégats collatéraux de la crise financière. La gouvernance du SRDE qui donne à l'économie régionale une sorte de parlement permet de mettre en place des actions convergentes et favorise le dialogue entre acteurs économiques et territoires. La relation de l'économie aux territoires se voit ainsi ces derniers temps ré-affirmée. A ce titre d'une économie des territoires, l'effort porte sur la consolidation des PME et l'aide à l'innovation. Cette voie, effectivement adaptée, doit être complétée d'un appui plus sectoriel sur les poles d'excellence que compte la région (ferroviaire, agro-alilmentaire, commerce, santé, textiles du futur, pêche, etc...). 

On peut par contre être inquiet de constater que dans le même temps des mesures de la droite au niveau national continuent de détricoter le droit du travail : rendre possible, par exemple, la poursuite du travail jusqu'à 70 ans est-ce pertinent alors que le chômage s'aggrave, n'est ce pas cruellement contreproductif vis à vis des jeunes et moins jeunes qui n'ont pas le choix et doivent absolument travailler ?

Dans cette période de turbulence, il faut souligner l'importance du maintien d'une commande publique dynamique. Quand la Banque de France analyse en séance du SRDE la situation de l'économie régionale, elle met en évidence que le ferroviaire tient bon (production, carnet de commande...), or le ferroviaire est abondamment porté par la commande publique. D'importantes opérations de Rénovation Urbaine sont engagées sur tout le territoire régional, elles ont vocation à soutenir le BTP; les collectivités locales et organismes HLM ont la responsabilité de maintenir un rythme soutenu de programmation (construction de logements, réhabilitation, équipements, espaces publics...). Mais cela suppose dans le même temps que l'ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine) - support financier de l'Etat à ces opérations - cherche moins à réduire les opérations qu'à les booster et à en faciliter le financement, voire l'élargissement.

Il convient plus que jamais de s'interroger sur les finalités de l'économie: un syndicat, la CGT il me semble, faisait mention de la mission d'enquête sur les finalités de l'intervention publique dans l'économie confiée à Jean-François Caron, président du groupe des Verts au Conseil régional. Cette notion doit constituer le fil rouge qui peut guider les actions de la puissance publique. Ainsi, une mesure présentée par la CDC (Caisse des Dépots et Consignation) lors de la séance du SRDE me fait réagir. L'Etat prévoit de faire racheter en VEFA 30 000 logements de la promotion immobilière. La CDC est chargée d'appuyer le rachat par les organismes HLM de 10 000 de ces futurs logements. En France, cela fait longtemps que l'on ne construit pas assez de logements sociaux qui répondent aux réels besoins de la crise du logement. Et cette crise est d'abord celle des gens qui ont besoin de se loger avant celle des investisseurs. On a depuis des années excessivement orienté le budget du logement sur la défiscalisation en encourageant la promotion immobilière privée, on aurait pu directement mettre ces moyens au service des vrais besoins prioritaires et aider le mouvement HLM à bâtir ces logements. Est-ce que ces interventions massives de l'Etat, qui corrigent aussi ses propres excès (ainsi le rachat de 30 000 logement VEFA pour éviter le naufrage de la promotion immobilière), annoncent une prise de conscience ? Il faudrait être bien optimiste... Je crains que l'opportunisme économique erratique ne se réffirme dès que la situation le permettra.
Dans l'immédiat, on peut déjà craindre une forme de cynisme de certaines entreprises, qui porofiteraient des difficultés mondiales et locales pour "dégraisser".  Ainsi dans la part des 650 licenciements prévus par La Redoute sur Roubaix, quelle est la part de l'inéluctable et celle de la facilité que permet le contexte pour faire passer la pilule ? Quelle est la responsabilité sociale et territoriale d'une entreprise qui, certes peut connaître des difficultés, mais qui reste quand même adossée à un très grand groupe de luxe disposant de confortables marges de manoeuvre  ?

3. MESURES DU CONSEIL REGIONAL

• Mise en place du plan 2000 PME Il s'agit notamment d'aider les entreprises régionales
à franchir des seuils, passer par exemple de 50 à 200 emplois.
• Mise en place d'un plan en faveur de l'innovation
cf. sur le site jinnove.com et tél; RDT 03.20.17.72.25 et Ciel : 03.28.76.14.80

La région renforce ses actions à travers 6 points


  1. Organiser la veille en circuit court ; suivre en temps réel l'évolution de l'économie régionale et être capable d'être réactif aux difficulté des entreprises en coordination avec les partenaires à bancaires et l'Etat.
  2. Soutien aux entreprises : mobilisation et renforcement de la capacité d'action des outils financiers : avances remboursables mais aussi subvention à travers les programmes FSI (Fonds Spécial d'Implantation) et Contrats de Développement. Dans chaque cas, les contraintes éventuelles liées aux régles de mise en oeuvre des aides pourront être allégées si besoin.
  3. Abondement de la convention avec OSEO (outil public d'aide au financement des PME sur l'innovation et le développement). La Région met 6 M€ dans le fonds commun avec OSEO qui en apporte autant; ainsi si le plan national de l'Etat active une ligne de garantie via OSEO pour les PME de 50% du risque, en Région Nord Pas de Calais via cet abondement il sera possible de couvrir jusqu'à 70% du risque (notamment pour les encours et trésorerie des entreprises). L'effet levier fait porter l'enagegement régional de 6 M€ à 100 M€ de consolidations financières possibles pour les PME.
  4. Mobilisation de Finorpa (société d'outils financiers publics/privés associant la Région et des partenaires bancaires), avec le Fonds Régional de Garantie et le nouveau Fonds dit "Mezzanine" (qui intervient en quasi fonds propres), il y aura 4M€ de plus en avances remboursables ce qui permettra par effet levier de mobiliser 17.5 M€.
  5. Accompagnement des salariés en difficulté avec la ré-activation du Fonds d’anticipation sociale : possibilité de mise en place d'accords et notamment de congés de conversion avec les entreprises en liquidation ou avec Etat en cas de défaillance . Le maintient du Contrat de travail pendant 1 an, la garantie de réunération, favorisent une attitude pro-active et permettent d'améliorer de façon très significative le taux de retour à l’emploi (soit 70% contre moins de 20% dans l'isolement du statut de chômeur).
  6. Développement d'un plan en faveur de l'innovation à travers la plate-forme Innovation-Valorisation de la recherche; aide à l'investissement des laboratoires de recherche en lien avec l'industrie et soutien soutien aux PME innovantes ( 242 Millions € sur 3 ans). Mise enplace d'un ciblage dans le cadre du plan 2000 PME :  activation/accompagnement des entreprises à potentiel qui n'investissent pas encore dans l'innovation.

L'Etat par la voix du SGAR a rappelé les mesures prises au plan national, la Caisse des Dépots et Consignation l'importance des liquidités dégagées en soutien au secteur bancaire et économique, la CRCI a présenté les résultats de mesure des opinions des chefs d'entreprise sure la situation , la Banque de France a analysé par des chiffres la conjoncture régionale. L'ensemble des organisations syndicales et de nombreux acteurs de l'économie et des territoires se sont exprimés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires