Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog myriamcau par : Myriam Cau
  •   le blog myriamcau par : Myriam Cau
  • : Blog de libre expression, société, politique, culture, écologie, les Verts, Environnement, Nature, les gens, les coups de coeur, en colère, Roubaix, la région Nord Pas de Calais, la planète, poésies...
  • Contact

Texte libre

53 choristes verts
prennent d'assaut la Mairie de Roubaix



Roubaix, municipales 2008
                                                             

Recherche

Evénements

 

 

Archives

26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 15:21

POURQUOI ETRE MEFIANT ? 
L'envahissement par la pollution életromagnétique, aussi invisible qu'insidieuse, à travers des objets du quotidien dont il semble difficile de se passer crée une situation inédite. On ne peut compter que sur notre sens critique et notre vigilance citoyenne pour en évaluer les dangers car on nous a toujours beaucoup menti sous le poids des intérêts économiques et politiques (sang contaminé, amiante, tchernobyl et tricastin, pollution aux PCB et dioxine...). Le principe de préaution n'est toujours pas appliqué, il faut renverser le sens de la charge de la preuve de la nocivité.

 

C’est une situation inédite…

Nous assistons à la multiplication de l’usage des ondes en tout genre, à travers d’innombrables applications (mobiles, wi-fi…) qui ont envahi notre vie quotidienne, perçues par beaucoup comme indispensables ou dont on ne peut se séparer en aucune circonstance. Ainsi  nous baignons dans un halo d’ondes comme jamais aucune génération humaine auparavant. Il y a donc une situation inédite sur laquelle on n’a que peu de recul.

 

Dans les années 70, on estime qu’un adulte totalisait en moyenne 4 heures d’exposition aux ondes électromagnétiques par jour et un adolescent 1 à 2 heures. Nous avons aujourd’hui multiplié par 4 notre temps d’exposition, devenue quasi-permanente, avec des niveaux d’intensité nettement supérieurs.[1]

 

La pollution électro magnétique se traduit par des effets cumulatifs en provenance de nombreuses sources, du radio-réveil à l’ordinateur… la nuisance est d’autant plus nuisible qu’invisible et insidieuse.

 

On nous a beaucoup menti…

Face aux intérêts économiques des industries et aux lobbies, la sécurité sanitaire n’a jamais été une priorité. Les intérêts croisés des décideurs économiques, administratifs et politiques passent avant celui des citoyens. L’ignorance facile, la complaisance, la déresponsabilisation ajoutée à la propagande bien conduite des lobbies a déjà tué et peut encore tuer.

 

• On a écoulé jusqu’au bout des stocks de sang contaminé par la maladie de Creusfeld Jacob, petite économie industrielle pour de bien grands dégâts humains.

• On a attendu le 1er janvier 1997 pour interdire l’amiante, la responsabilité des industriels en cause est toujours en procès pendant que par milliers les travailleurs meurent de mésothéliome (cancer de la plèvre). Et pourtant dès 1906, on commençait à savoir  et dès les années 50, on avait établi formellement le lien entre amiante et cancer….

«  En 1906, Denis Auribault, inspecteur du travail à Caen, rédige un rapport sur la surmortalité des ouvriers d'une usine de textile de Condé-sur-Noireau, dans le Calvados, utilisant l'amiante. Cette note publiée dans le Bulletin de l'inspection du travail est classée par l'administration et reste lettre morte. …/…
1955 : - en dépit des pressions des industriels, l'étude épidémiologique de Richard Doll est publiée dans le « British Journal of Industrial Medecine », prouvant le lien entre amiante et cancer du poumon. »
[2]

 

On a prétendu que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté aux frontières de la France, laissant les populations consommer des légumes contaminés…

 

On a préféré ignorer la contamination du Rhône aux PCB (polychlorobiphényles, substance toxique bioaccumulable cancérigène), la pêche n’y a été interdite qu’en 2007. En 2002, le PDG de Solutia (entreprise de paille de Monsanto, la firme qui produit les OGM) osait encore affirmer « Il n’y a pas de preuve  consistante et convaincante que les PCB soient associés à des effets sanitaires sérieux à long terme » [2]

 

On refuse toujours à de rares exceptions de conduire des études épidémiologiques sur les populations autour des centrales d’incinération, malgré la certitude d’intoxications à la dioxine… (parmi les effets de la dioxine : hyperthyroïdie, chloracnée, tumeurs, allergies, vertiges, pertes de cheveux…)

AREVA a attendu pour prévenir les autorités et les populations de la fuite radioactive de la centrale nucléaire de Tricastin

Le renversement de la charge de la preuve : appliquer le principe de précaution

 

En France, tant que les études ne montrent pas de causalité directe et avérée, la preuve de nocivité n’est pas officiellement acquise. L’inverse par contre, n’est pas pris en compte : c'est-à-dire que s’il n’y a pas de preuve de non-nocivité : pas de problème, on peut « éventuellement » s’empoisonner. Il n’est donc pas possible de se reposer seulement sur l’état de la science à un instant donné et d’attendre de futurs développements pour en savoir exactement plus. Il faut appliquer un principe de précaution.

 

En 1996, le sénat [2]  lui-même à propos de l’interdiction de l’amiante a admis « cette décision s'inscrit dans une nouvelle et plus juste approche scientifique, médicale et sociale, selon laquelle il n'est plus "politiquement correct" d'attendre ou de disposer de preuves absolument sûres et de connaissances surabondantes. » Il a fallu attendre des preuves accablantes, une forte médiatisation aux accents de scandale sanitaire pour que soit prise une décision efficace. Est-on cependant assuré que cette nouvelle approche mentionnée par le sénat soit aujourd’hui celle mise en œuvre ? Rien de moins sur…

 

En matière de pollution électromagnétique, nous sommes dans la même situation, le danger est pressenti mais le principe de précaution ne s’applique pas. On demande un niveau de preuve de nocivité absolue. On raisonne à l’envers : les producteurs d’ondes électromagnétiques devraient plutôt prouver la non nocivité, ce qu’ils ne peuvent faire et pour cause !



[1] Guide pratique de l’habitat sans nocovité pour la santé – Thierry Gautier – Editions Conscience Verte

[2]  L'amiante dans l'environnement de l'homme : ses conséquences et son avenir - M. H.REV0L, Sénateur - Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques - Rapport d'information n° 41 - 1997-1998 

[3] Le monde selon Monsanto, de la Dioxine aux OGM une multinationale qui vous veut du bien – Marie-Monique Robien -  Ediions Arte – La Découverte mars 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Myriam Cau - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires